VitroLabs, cette entreprise qui se cache derrière le cuir fabriqué en laboratoire © VitroLabs

VitroLabs, société créée en 2016, remet en question l’impact du cuir traditionnel sur l’environnement et le bien-être animal. C’est pourquoi, cette entreprise a décidé de mettre en œuvre une alternative plus responsable.

L’alternative au cuir animal VitroLabs

Kering, d’abord Établissement Pinault puis Pinault-Printemps-Redoute, est un groupe français du secteur du luxe, propriétaire de plusieurs marques dont Gucci, Yves Saint Laurent, Bottega Veneta, Balenciaga, Boucheron et Alexander McQueen.

Le groupe français a décidé d’investir dans une start-up américaine de fabrication de cuir en laboratoire : VitroLabs. Cette dernière a réussi à lever 46 millions de dollars pour développer la première production de cuir cultivé par des cellules animales.

VitroLabs est née pour palier les problèmes environnementaux, mais également afin d’aller plus loin dans la lutte pour la protection des animaux. Elle propose une alternative au cuir traditionnel en créant un cuir par culture cellulaire.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par VitroLabs (@vitrolabsinc)

VitroLabs, une entreprise qui produit un cuir par culture cellulaire

VitroLabs est une société de biotechnologies basée en Californie, qui a fait son apparition en 2016. Elle a mis au point un processus scientifique permettant de produire un cuir animal en le cultivant de manière cellulaire.

VitroLabs se rapproche aujourd’hui de son objectif d’industrialisation et se démarque par la qualité d’une technologie répondant au normes exigeantes du secteur du luxe. C’est pourquoi de nombreuses alternatives à base de fruits, plantes et de légumes sont créées pour combattre les maltraitances animales.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par VitroLabs (@vitrolabsinc)

Pourquoi du cuir de laboratoire ?

Aujourd’hui, on ne compte plus les nombreuses variétés de fruit qui servent à faire des sacs à mains ou des chaussures en cuir, ananas, pomme, raisin, banane… Idem pour les plantes et légumes tels que les cactus et les champignons. Cette technique a été développée dans le but de respecter la planète et le bien-être animal.

Après plusieurs années de recherche & développement, l’entreprise californienne a réussi à donner naissance au premier cuir animal par culture cellulaire.

En se lançant sur le marché des biotechnologies en 2016, VitroLabs s’était fixé une mission, celle de développer un matériau avec l’apparence, la sensation et les performances du cuir traditionnel tout en garantissant le bien-être animal et en réduisant l’impact environnemental. Pour ce faire, VitroLabs s’est basé sur le projet de la start-up Modern Meadow.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Responsible Fashion (@res.ible)

Comment ça se passe ?

La start-up Modern Meadow a développé un concept pour créer du vrai cuir à base de peaux reconstituées. Si dans le Londres du XVIIIème siècle, les peaux étaient trempées dans l’urine et excrément de chiens, les méthodes modernes sont moins répugnantes mais elles ont toujours recours aux produits chimiques polluants. La technique repose sur la fabrication de collagène par des levures génétiquement modifiées, grâce à un processus de fermentation. Cette protéine qui donne à la peau sa résistance et son élasticité, est composée de longues chaînes d’acide aminées. Une fois les fibres obtenues, elles sont entrelacées en couches pour former le cuir.

Les avantages de ce cuir ne se limite pas au respect du bien-être animal, il peut être fabriqué à bords droits, ce qui est plus pratique que les formes irrégulières que développent les animaux. Dépourvu de marques et de défauts tel que les piqûres d’insectes ou les cicatrices, il offre une qualité homogène. Cela permet donc de réduire les chutes de peaux et le gaspillage, car 20 à 30 % des peaux d’animaux sont jetées à la poubelle lors de la transformation du cuir traditionnel. Et pour finir, ce cuir peut être produit dans n’importe quelle couleur, épaisseur ou texture en 2 semaines seulement, là ou l’élevage d’une vache par exemple prend plusieurs années.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Robin Broadbent (@robinbeebee)

Avec cette technique qui commence à être utilisée par de plus en plus d’entreprises du secteur du luxe, VitroLabs réussi tout doucement à convertir les marques à l’importance du respect de l’environnement et du bien-être animal.
VitroLabs est l’une, parmi des milliards, des jeunes entreprises à proposer une réelle alternative au cuir.

Si vous êtes intéressés par les différentes alternatives au cuir, je vous laisse découvrir nos différents articles sur les matières non animales (véganes).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

We use cookies to improve your experience on our website. By browsing this website, you agree to use of cookies by this website.
J'accepte Plus d'informations